Héron cendré – Redoutable prédateur

Nul besoin de vous présenter le héron cendré (Ardea cinerea) qui nous est devenu familier. D’une stature quasiment semblable à celle d’une cigogne, il lui arrive souvent de se tenir immobile, droit et cou replié dans un champ, voire dans votre jardin. Mais n’oublions pas que ses milieux favoris restent les étangs, les mares et les cours d’eau, car les poissons constituent sa nourriture principale.

 

Un chasseur redoutable

Le passe-temps favoris du héron est bien sûr la pêche à l’affût. Il peut rester immobile pendant de très longs moments. Debout inerte, le cou rentré, il semble dormir… Que nenni ! Il ne cesse de surveiller les proches alentours en vue d’y saisir une proie.

Lorsqu’un imprudent passe à sa portée, d’un coup de bec fulgurant, il est capable de se saisir de poissons pouvant peser plus de 500 grammes ! Une fois saisie, il ne se fait pas trop attendre pour l’engloutir.
Par nécessité, il reste un prédateur opportuniste et ne rechigne pas à chasser des batraciens, des serpents, lézards, crustacés, petits mammifères comme des musaraignes, mulots, rats, et des oiseaux. Le héron cendré ne néglige pas non plus les insectes et les mollusques.

Il est capable de digérer les arêtes mais il n’en est pas de même pour les os et les poils de rongeurs qu’il rejette par le bec sous forme de pelotes, tout comme le font les chouettes.

héron cendré prédatant un gros rongeur
Quel goinfre ! (© Marcel Van der Tol)

 

Mais alors, nuisible ou pas ?

Son régime alimentaire, principalement composé de poissons, a failli le conduire à sa perte dans la première moitié du siècle dernier.

En effet, l’élimination des hérons cendrés était carrément encouragée et systématiquement pratiquée. On le considérait alors comme un nuisible, un pilleur de poissons. Grâce aux travaux des scientifiques, il s’avère que son impact sur la pisciculture soit en fait très secondaire, voire insignifiant. Aujourd’hui, cette espèce est enfin inscrite sur la liste des oiseaux intégralement protégés.

Un Héron cendré
Le Héron cendré, redoutable prédateur

Espèce protégée et très commune maintenant, sa population n’a pourtant pas explosé. Pourquoi ?
Et bien pour les raisons suivantes :

  • La mortalité des jeunes au nid ou après l’envol est très grande.
  • Les vagues de froid causent des pertes quelques fois sévères aux adultes.

Heureusement pour cette espèce, cette vulnérabilité est corrigée par la longévité de ces oiseaux dont l’âge peut atteindre 25 ans.

héron cendré en promenade dans son milieu naturel
En promenade…

Le saviez-vous ?

Malgré une taille de 95 cm et une envergure de 1,85 m, un héron cendré pèse en moyenne seulement 1,5 kg. Un prédateur poids plume !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*