Vipère aspic – Attention danger ?!

La vipère est l’exemple type de l’animal qui effraye sans aucune raison cohérente. La faute à de très nombreuses légendes et croyances religieuses les représentant comme des êtres maléfiques. En voici quelques exemples.

 

Mais y-a-t-il un réel risque ?

Avant de commencer, il faut être sûr que le serpent que vous croisez est une vipère. Si vous avez un doute, c’est que vous n’avez pas lu cet article.

Il est extrêmement difficile de trouver des chiffres exacts à ce sujet tellement les cas sont rares mais voici une moyenne :

Lorsqu’en deux ans, les morsures de vipères tuent 1 personne, les piqûres d’abeilles, guêpes ou frelons en auront tué une trentaine. De plus, les victimes sont des sujets « faibles » non traités à temps ou mal traitées (enfants en bas âge, personnes âgées, antécédents cardio-vasculaires ou autre…)

Vous l’aurez compris, le risque de rejoindre l’au-delà à cause d’une Vipère aspic est quasi-nul.

Ce reptile est donc très loin de disséminer notre espèce ! L’inverse n’est pas vrai…

Vipère aspic observée dans un champ en France
Une vipère aspic (Vipera aspis) en position défensive ©Thomas Pallès

La vipère, un prédateur ?

Bien qu’elle soit un prédateur redoutable pour les micro-mammifères (campagnols, mulots, musaraignes) et quelques lézards, le plus souvent, c’est elle la proie !

Un des plus importants prédateurs est… le froid. Rien de plus terrible qu’un hiver sans neige (et donc d’absence de couverture isolante) pour mettre à mal une population de vipères. Mais la liste des prédateurs est longue ! hérissons, rapaces en tout genre, hérons, renards, sangliers, poules, chats, etc…

La palme de l’ennemi le plus absurde reviens évidemment à l’Homme et son indémodable « coup de pelle » ! J’utilise volontairement le terme « ennemi » et pas prédateur car ces derniers chassent pour se nourrir. Ce qui (en France) n’est plus notre cas depuis bien longtemps.

Sans oublier bien sûr que la vipère aspic est un animal protégé.

 

Tout va bien j’ai mon Aspivenin !

Quel chanceux vous êtes si vous avez un de ces fameux kit « Aspivenin » dans armoire à pharmacie ! J’en ai moi même un à la maison que je garde précieusement tellement cet objet me fait sourire.

C’est collector ! Totalement inutile sur une morsure de serpent (en tout cas le contraire n’a jamais été prouvé) mais collector 🙂

kit aspivenin contre les morsures de serpents (soit-disant)
Et voilà l’outil…
kit aspivenin soit disant utile contre les morsures de vipères
Tout y est !
Sans rire, s’il vous arrive un jour de vous faire mordre par une vipère aspic, ne l’utilisez pas. Voici plutôt la marche à suivre : 

  • Autant que possible rester calme : si les signes d’envenimation peuvent apparaître dans les premières minutes, les symptômes généraux apparaissent en plusieurs heures, ce qui laisse toujours le temps de s’organiser pour se rendre à l’hôpital
  • Désinfecter la plaie (savon de Marseille ou antiseptique)
  • Retirer les bagues, les montres et tout ce qui peut serrer
  • Immobiliser le membre atteint
  • Organiser le transport vers un hôpital
Ce qu’il ne faut surtout pas faire :
  • Paniquer (d’une manière générale, ça n’avance à rien)
  • Prendre de l’aspirine
  • Sucer la morsure, l’inciser ou mettre un garrot
  • Capturer le serpent pour identification

 

Et alors si je croise une vipère ?

Vous savez maintenant que les vipères ne représentent aucun danger pour vous. Alors que faut-il faire quand on a la chance d’en croiser une ? 

Car oui, c’est bien une chance ! Il peut être relativement difficile d’identifier l’espèce et donc de savoir si le serpent est venimeux ou non, surtout lorsque l’on n’est pas un expert en la matière. Pour avoir la bonne attitude et ainsi éviter les gestes maladroits, voici mes quelques conseils :

  • Observez la 2 minutes si elle ne s’est pas déjà enfuie
  • Prenez une photo si le cœur vous en dit
  • Ne la dérangez pas plus longtemps et continuez votre chemin
rencontre d'une vipère aspic
Quelle belle rencontre ! ©Thomas Pallès

Si elle est dans votre jardin et que cela vous dérange réellement, appelez une personne compétente, susceptible de la déplacer un peu plus loin sans la blesser. Attention à ne pas succomber à la folle tentation du « coup de pelle », ça ne fera jamais de vous un homme viril protecteur de sa famille. Bien au contraire…

Demandez-vous « pourquoi la tuer ? » et si vous êtes une personne normalement constituée ayant lu cet article, vous ne trouverez aucune réponse sensée 😉

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*