SOS Serpents – C’est quoi ?

J’ai récemment entendu parler de « SOS Serpents » et avec un nom comme ça, j’ai tout de suite voulu en savoir plus. Qu’est-ce que c’est ? à quoi ça sert ? Bref j’avais des questions à poser.

Et c’est Fabien, membre du GHRA (Groupe Herpétologique Rhône-Alpes) et coordinateur du réseau SOS Serpents qui y répond.

 

Salut Fabien, peux-tu nous expliquer ce qu’est SOS Serpents ?

SOS Serpents est l’une des nombreuses actions proposées par le GHRA (Groupe Herpétologique Rhône-Alpes). Ce groupe régional, à l’initiative de la LPO Rhône-Alpes, est constitué de volontaires passionnés d’herpétologie (l’études des reptiles et amphibiens), parfois d’herpétologues professionnels ou de curieux, qui souhaitent s’impliquer dans la protection des reptiles, amphibiens et de leurs habitats.

 

Le Groupe régional, définit des actions et des objectifs que chaque groupe herpéto décline et adapte à son contexte environnemental en fonction des enjeux de conservation des espèces de chaque département.

SOS Serpents est un groupe de spécialistes bénévoles disposant des autorisations légales et des connaissances sur les reptiles pour vous conseiller et agir dans votre intérêt et celui de l’animal. Nos objectifs sont de répondre à la disparition de ces reptiles (1 reptile sur 5 menacé de disparition en France), à la méconnaissance et à la destruction volontaire par peur. Alors on s’est organisé pour créer (dans le Rhône) un groupe actif et structuré.

 

D’où vient cette idée ?

Forcés de constater un nombre important de destruction engendrée par la méconnaissance de ces animaux et du lourd héritage culturel dont ils souffrent, nous avons décidé de nous bouger et d’agir positivement.

Même si les reptiles sont tous protégés par la loi, on ne peut pas punir ou interdire sans avoir expliqué ou informé au préalable. Du coup, cette sensibilisation reste pour nous un moyen permettant de démystifier et de provoquer une prise de conscience douce en rendant un service gratuit sur notre temps personnel.

Afin d’annoncer au plus grand nombre que ce groupe existe, nous nous sommes inspirés du travail fait par l’association Nature Midi-Pyrénées. Je travaille d’ailleurs beaucoup avec leur coordinatrice SOS Serpents qui n’est autre que l’illustratrice Marion Jouffroy (ex : « l’appel du sol » pour FNE, Le « Phoque You » pour la LPO, Le logo « l’appel pas la pelle »). Un peu de pub ne fait pas de mal…

dessin de Marion Jouffroy pour le SOS Serpents
Illustration de Marion Jouffroy pour le SOS Serpents

On échange beaucoup ensemble et nous avons pas mal de projets dont celui avec la Société Herpétologique de France visant à créer une page national SOS Serpents regroupant l’ensemble des structures compétentes de France.

 

Protéger les pandas OK, mais les serpents est-ce bien utile ?

Il est très difficile de justifier de l’importance de préserver et respecter le vivant… et pourtant c’est un travail au quotidien. Bizarrement, nous jouons un peu le rôle d’avocat de la nature.

L’Homme occidental que nous sommes, a progressivement perdu ce lien qui le lie à la nature et a fini par oublier son rôle vital.

En tant que mammifère dit « évolué » nous devrions avoir la faculté de comprendre l’importance des interrelations entre êtres vivants et faire preuve de plus de largeur d’esprit, de respect et d’humilité sans chercher absolument à contrôler la nature.

La nature est régit par un fragile équilibre que nos actes non réfléchis peuvent dangereusement modifier. Chaque être vivant a un rôle à jouer dans l’écosystème, sans quoi celui-ci serait déréglé. Seulement voilà, nombreuses sont les espèces qui s’éteignent à l’heure où je vous parle… la cause ? la destruction lente des espèces (pollution, surconsommation, déchets, pesticides…) et celle de leurs habitats (autoroutes, urbanisation).

Les reptiles sont de très bons prédateurs auxiliaires d’espèces telles que les insectes et les rongeurs. Mais ils sont aussi de parfaits indicateurs biologiques de l’état de santé des milieux et de notre cadre de vie, et leur disparition devrait pourtant nous interpeller.

 

Illustration pour le SOS Serpents
La méconnaissance est bien souvent ‘origine de la peur (illustration de Marion Jouffroy)

 

Quel est votre rôle ?

Depuis plusieurs années que nous assurons ce service, nous avons appris à rassurer, raisonner, et à écouter les personnes. Nous leur expliquons le mode de vie de ces animaux et le fait qu’ils ne cherchent en aucun cas à s’approcher de l’Homme, bien au contraire. C’est simplement la réduction de leur territoire qui entraîne une croissance de leur proximité avec nous.

Nous prodiguons bien plus de conseils que nous réalisons d’interventions car bon nombre de personnes s’inquiètent de la présence de serpents dans leur jardin… Est-ce dangereux pour ma famille ? Mon animal domestique ?…
Nous sommes présents pour toutes les questions et prenons tous les appels au sérieux.

Les volontaires du GHRA disposent des autorisations préfectorales de manipulation d’espèces protégées. Aucun animal n’est transporté et relâché ailleurs que dans le périmètre ou il a été trouvé  (sauf cas exceptionnel : résidence). Pour le cas d’espèces exotiques échappées ou abandonnées, nous renvoyons vers les pompiers avec qui nous travaillons.

 

J’ai un serpent chez moi, que dois-je faire ?

Si un serpent s’introduit chez vous, pas de panique. L’animal a pénétré dans le bâtiment, soit parce qu’il a été dérangé, soit parce que la chaleur extérieur est trop intense.

 

dessin pour SOS Serpents
Les serpents n’aiment pas quand il fait trop chaud ! (illustration de Marion Jouffroy)

Il ne faut en aucun cas, si vous êtes parents, diffuser votre peur à vos enfants qui développeront cette même crainte plus tard par mimétisme et réflexe. Plus facile à dire qu’à faire, mais c’est important de prendre sur soi.

Il vous faudra ensuite identifier toutes les éventuelles échappatoires et cachettes et les boucher (torchons sous les portes) pour que l’animal soit « bloqué » dans une pièce et plus facile à trouver par l’herpétologue.

Si vous le sentez et en gardant une distance de sécurité d’ 1.50m, vous pouvez prendre une photo qui nous permettra de vous confirmer à quelle espèce vous avez à faire et de vous rassurer en donnant les premiers conseils.

A partir de cet instant, il faut nous contacter par Email ou par téléphone. A ce jour, en Rhône-Alpes, il suffit de contacter la LPO ou la commune qui dispose de nos coordonnées. Les pompiers travaillent aussi avec nous (pour le Rhône du moins, car toutes les LPO ne disposent pas des moyens humains suffisants pour traiter tous les appels).

Nous déclencherons alors l’intervention qui consistera à venir récupérer l’animal avec le matériel adéquate (gants, crochet, …). Nous en profiterons pour discuter et observer éventuellement l’animal avant de le relâcher dans un endroit adapté.

SOS Serpents commence à être bien identifié sur le territoire national, mais malheureusement beaucoup de gens font encore appel à des dératiseurs qui exterminent (pour certains) illégalement ces animaux ou prodiguent des conseils douteux.

 

plaquette de l'action SOS Serpents
Plaquette SOS Serpents

 

Comment est accueillie cette belle initiative par le grand public ?

Après chaque intervention, nous demandons aux personnes de nous faire un retour sur nos interventions pour savoir comment ils ont perçu ce service gratuit.

Les retours sont tous extrêmement positifs et élogieux. Nous sommes un peu comme des « sauveurs » lorsque l’on arrive. Pourtant, pour ceux qui connaissent, on est loin des « chasseurs de reptiles » version Australienne qui ont à faire à beaucoup d’espèce venimeuses (ce qui n’est pas notre cas), mais les gens apprécient fortement notre investissement et nous accueillent avec générosité et respect.

Il est souvent arrivé que les personnes souhaitent nous rémunérer, mais nous leur rappelons que nous faisons cela sur notre temps personnel dans l’intérêt des espèces et pour sensibiliser et rassurer. Il nous arrive aussi d’être récompensé avec une bouteille ou un produit local… Bon ça on accepte 😉

 

manipulation d'un orvet devant des enfants par SOS Serpents
Manipulation d’un orvet (faite dans un contexte spécifique réglementé). Il s’agit du seul lézard sans patte qui souvent créé la confusion car perçu comme un serpent en raison de sa morphologie.

 

Vous êtes-vous fixé un objectif: « zéro coup de pelle pour 2017 » ?

Pour 2017, les objectifs sont nombreux mais malheureusement nous ne pourront pas éviter le célèbre « coup de pelle ». Nous espérons en revanche continuer de réduire les destructions et limiter les peurs.

Courant 2017, nous prévoyons de réaliser notre deuxième formation « SOS Serpents » (la 1ère ayant eu lieu cette année). L’objectif étant de former les volontaires sur la connaissance des serpents et attitudes à adopter envers les personnes phobiques, mais également envers les espèces de reptiles locales (protocoles). Les participants formés pourront alors bénéficier des demandes d’autorisation pour la manipulation et le déplacement des serpents. Sans autorisation et formation, l’action des volontaires se limite alors à la communication et aux conseils téléphoniques, déjà essentiels au bon fonctionnement du SOS.

 

Avec la nouvelle région Rhône-Alpes Auvergne, nous prévoyons d’étendre la formation à nos voisins auvergnats (l’ORA) qui souhaitent développer ce service sur leur territoire et bénéficier de notre expérience.

Nous sommes aussi en train de nous organiser pour une veille internet sur les trafics d’espèces protégées (ebay, leboncoin, etc…).

J’ai également été solliciter pour expliquer comment nous fonctionnons aux prochaines rencontres nationales de Médiation Faune Sauvage à Limoges en 2017. La date sera bientôt communiquée pour ceux qui souhaitent y assister.

 

Un p’tit mot pour la fin ?

J’entends régulièrement des personnes dire qu’il est impossible ou très difficile d’agir positivement pour la conservation du vivant, de la biodiversité. Mon message s’adresse à eux.

Je n’ai pas la prétention de faire beaucoup ou encore de sauver la planète mais je fais de mon mieux à mon échelle pour poser ma pierre à l’édifice. Il n’existe pas de petites actions écologiques mais des actions tout court…

Nul besoin d’être spécialiste pour s’investir dans un domaine, il suffit juste d’avoir de la volonté, le reste suit. Avant de bien connaitre l’herpétofaune, j’ai moi même commencé par apprendre et suivre des connaisseurs.

La Nature, c’est l’affaire de tous et pas seulement des bobos, des écolos ou des hippies mais celle des générations futures, de nos enfants… N’oublions pas les services vitaux qu’elle nous rend.

Cela passe par pleins de petits gestes quotidiens : le trie, le jardinage sans pesticides, les bio énergies, le circuit court, l’agriculture biologique… . accessibles à toutes et tous !!!

Je ne pensais pas avoir un impact sur la politique de ma commune lorsque je m’y suis installé, et pourtant. Lors de ma première apparition à une réunion, on m’a d’abord demandé (en raison de mon age) si je ne m’étais pas trompé de salle… Très peu d’actions en faveur de la biodiversité sinon aucune étaient réalisées jusqu’au jour où j’ai proposé quelques exemples d’actions que je proposais d’animer.

Pour prendre la température, je propose de fixer une première sortie de découverte de la faune sauvage de la commune sans limite de participation. Et là, surprise, plus de 50 personnes présentes ! A la suite de cela on a commencé à établir un programme de sorties thématiques biodiversité, puis se sont ajoutées des actions de préservation d’espèces (ateliers nichoirs, gites, mare), le montage d’une association environnementale et la création d’un jardin partagé écologique et pédagogique.

Comme quoi tout est possible.

A vous d’agir maintenant !

 

Merci Fabien et encore Bravo à tous les acteurs de SOS Serpents. Une action qui va encore une fois dans le bon sens des choses.

N’hésitez pas à laisser vos messages de soutien en commentaire. L’équipe du GHRA sera heureuse de vous lire.

 

6 commentaires

  1. Bonsoir ,
    Ma mère 93 ans à une couleuvre qui s est installée sur et dans le muret proche de la maison , J ai peur qu elle rentre dans la maison ou que ma mère qui a du mal eaucoup à marcher ne prenne peur et tombe.
    Pouvez vous intervenir dans le 69210 Lentilly . Au plus vite ? Svp merci
    Cordialement
    C Richard
    .

    1. Bonsoir,
      Je viens de transmettre votre message au GHRA.
      Pour plus de réactivité, et comme indiqué dans l’article, je vous invite à contacter directement la LPO au 09.70.90.20.61 (Du lundi au vendredi de 9h à 12h). Il sauront répondre à votre demande avec professionnalisme.
      Bonne soirée !
      Cordialement,
      Thomas

  2. Mon ami a découvert une couleuvre chassant dans le bassin de son jardin. Il en est très contrarié car il se réjouissait d’y voir des grenouilles et emploie tous les moyens pour la faire partir. Cela m’inquiète et je compte prévenir la LPO dès lundi .

    1. Bonjour,
      Je prends à l’instant connaissance de votre message. J’espère que vous avez pu faire le nécessaire pour que cette couleuvre ai une vie paisible chez votre ami. Rassurez-le elle ne mangera jamais toutes les grenouilles du bassin.

  3. Bonjour!
    Je connais une personne qui possède 2 serpents je ne sais pas de quel type…….mais cette personne est actuellement hospitalisée et ne pourra peut être pas continuer à s’occuper d’eux. Existe t il des associations de sauvetages comme pour les chiens et les chats? Si oui auriez des adresses à me communiquer? Je voudrais éviter qu’ils se retrouvent dans la nature!

    1. Bonjour,
      Tout d’abord merci de vous inquiéter du sort de ces animaux. En effet, il ne faudrait surtout pas qu’ils se retrouvent dans la Nature. Cela ne serai bon ni pour eux, ni pour le milieu naturel concerné.
      Je vous conseille de les mettre en vente sur Leboncoin par exemple. Si tout est bien en règle concernant ces serpents, il n’y aura aucun soucis et ils trouveront vite un repreneur.
      Si cela ne vous convient pas, je vous conseille de vous rapprocher d’une association terrariophile dans votre région. Il y en a forcément une. Si ce n’est pas le cas, il reste la solution de contacter la LPO. Eux vous guideront vers une personne compétente.
      Bonne chance et merci pour votre démarche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*