La Vipère d’Orsini tire la sonnette d’alarme

Ce petit serpent du Sud de la France n’en a plus pour très longtemps sur cette Terre. Nous sommes, comme d’habitude les premiers responsables de cette situation. Portrait d’une condamnée, la vipère d’Orsini.

 

Qui est-elle ?

La vipère d’Orsini (Vipera ursinii) est la plus petite vipère d’Europe, elle ne mesure que 40 cm maximum. On l’observe exclusivement en altitude (entre 900 et 2 150 mètres) dans le Sud est de la France.

Cette espèce est inoffensive pour l’homme du fait de la petitesse de sa gueule et de la faible toxicité de son venin, principalement prévue pour tuer des sauterelles et autres criquets (son plat favoris).

vipère d'orsini sur la montagne de Lure
Me voyez-vous ? ©Thomas Pallès

Bientôt la fin ?

Je suis récemment parti à sa rencontre en région PACA. Après une semaine passée sur le terrain à observer et recenser les individus présents, pour certaines zones, le constat est triste et sans appel. Pour cause, on observe en France, un très forte diminution des populations de vipère d’Orsini. Et ce, pour plusieurs raisons bien connues :

  • Depuis un siècle environ, son habitat originel constitué de landes et pelouses alpines a été fortement reboisé pour la sylviculture (pour faire du pognon). Ce reboisement a considérablement réduit son habitat.
  • Les brûlages dirigés sur de grandes surfaces réduisent également son habitat ainsi que les populations d’insectes dont elle se nourrit.
  • L’explosion du tourisme et de l’urbanisation en montagne (encore une fois pour le pognon 🙂 ).
  • Elle est aussi victime de destruction par manque de connaissance de la part des promeneurs, bergers, chasseurs, et autre usagers de la montagne. De plus, elle est convoitée par certains collectionneurs en raison de sa rareté.
  • Sans oublier que le réchauffement climatique amène certaines espèces comme la Couleuvre Verte et Jaune (Hierophis viridiflavus) à empiéter sur le territoire de la vipère d’Orsini et à s’en nourrir.
PETIT QUIZZ : Quel le point commun entre toutes ces causes de la mise en danger de cette espèce ???

réponse : C’est nous bien sûr ! L’Homme est la cause de tous ces maux.

vipère d'orsini dans son genévrier
Vipère d’Orsini (Vipera ursinii) à l’abris dans son genévrier ©Thomas Pallès

Donc si nous continuons à nous comporter comme si la Terre nous appartenait, oui, cette petite vipère fera bientôt partie de nos souvenirs.

Et maintenant ?

Bien sûr, en raison des menaces pesant sur l’espèce, elle a été classée comme étant « vulnérable » par l’Union internationale pour la conservation de la nature mais cela suffit-il pour pallier à sa possible disparition ?…

La Vipère d'Orsini, petit serpent français
Portrait d’Orsini dans le Sud de la France ©Thomas Pallès

C’est encore une fois à nous tous qu’il appartient d’offrir à nos enfants la possibilité de s’émerveiller devant une vipère d’Orsini au détour d’un chemin en région PACA. Et ce n’est pas parce que vous n’allez pas brûler directement les montagnes où elles habitent que vous n’êtes pas responsable ! Ce sont nos gestes quotidiens qui font de nous tous des coupables. C’est notre surconsommation qui viendra à bout de cet animal.

Allez hop ! On change ses habitudes maintenant et on deviendra alors peut-être des héros pour nos petits enfants…

 

Je profite de cet article pour dire un grand MERCI à toutes les personnes qui œuvrent chaque jour à sa préservation. 😉

 

4 commentaires

    1. Bonjour et merci pour ce commentaire.
      J’essaye de ne pas être trop alarmiste mais au fond, je crois comme vous que cette disparition soit sans appel et qu’il est évident que ce ne sera pas la seule.
      Au passage bravo pour votre travail cinématographique qui met en valeur la biodiversité et la beauté du vivant.
      à bientôt !

  1. Tom, Bonne année à vous ! Et non nous ne sommes pas alarmistes, vous ne l’êtes pas mais nous sommes conscients et on le fait entendre dans un flot d’infos. C’est aussi la problématique : faire entendre au bon moment et cela ce n’est pas évident à dominer. Merci pour votre article sur cette belle miss du sud; Nous stressons pour notre « tresse » des steppes d’altitude !

    1. Bonjour Marjorie et une très bonne année à vous également !
      Merci pour votre commentaire. Il est en effet important de communiquer sur ces animaux. Nous nous devons d’être les porte-parole des Vipère d’Orsini et de la faune sauvage en général si nous voulons que les générations futures partagent leur vie avec cette biodiversité extraordinaire.
      Je comprend que vous stressiez car il y a de quoi…
      Je viens de découvrir votre travail de guide naturaliste. Bravo à vous ! Nous avons besoin de passionnés comme vous pour sensibiliser et éduquer l’humain.
      Au plaisir ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*